34
 34 

Négociations nationales sur l’emploi et les conditions de travail :

LE 19 NOVEMBRE AU RESEAU MOBILISONS NOUS !!!! Y EN A MARRE !

Face à la médiatisation de la souffrance au travail des postier-es et suite à la rencontre nationale Courrier du 26 octobre à Paris, La Poste a proposé aux organisations syndicales 2 nouvelles rencontres les 21 novembre et 14 décembre pour négocier sur des mesures immédiates et un calendrier de négociations pour 2017. D’ici là, La Poste gèle l’ensemble des mises en place de nouvelles organisations du travail, mais uniquement au Courrier. Si ces mesures semblent un premier pas, elles sont largement insuffisantes et ne prennent nullement en compte le malaise également vécu par les autres branches du Groupe, au moins autant impacté par le Plan Stratégique.

La souffrance au travail en question :

 

C’est à tous les étages que cela se passe, de l’exécutant au cadre, du Courrier au Réseau en passant par La Banque Postale. Chaque établissement est concerné par des cas concrets de souffrance, mal-être ou burn-out conduisant parfois à l’irréparable…

 

Les multiples alertes des organisations syndicales, cabinets d’expert et médecins du travail, relayées par les médias ont obligé La Poste à ouvrir les yeux.

 

Pour autant aucune remise en question de la stratégie désastreuse qui mène à cette hécatombe n’est avancée par cette même Direction. Une redite de l’expérience de 2012-2013 et de la coquille vide du rapport « Kaspar » qui a fait suite au malaise déjà bien présent dans l’entreprise nous pend au nez si nous restons sans réaction et sans peser.

 

Les syndicats SUD PTT et CGT à l’offensive :

 

Nous élaborons une plate-forme revendicative commune sur les problématiques de l’emploi et des conditions de travail, pierres angulaires du mal-être :

Le retrait du projet MRM.

La création de moyens de remplacement supplémentaires à hauteur de 25 %.

L’embauche en CDI des contrats précaires (personnel intérimaire, CDD, …).

Le respect de l’équilibre vie privée/ vie professionnelle pas l’octroi d’un samedi sur 2.

Le respect du droit à congés choisis (CA, RTT, RCY) et des ASA familiales.

Le remplacement de toutes les absences et le comblement des vacances d’emploi (TPAS, retraite, mutation, mise en dispo…).

L’arrêt immédiat des réorganisations et le maintien du Service Public en secteur rural et urbain par le maintien de tous les bureaux de plein exercice.

La reconnaissance de la pénibilité des guichetiers notamment en ESCI, mini pauses.

La réduction du temps de travail à 32h ; le retour du départ en retraite à 60 ans.

 

Vers une mobilisation unitaire !

 

L’élément déterminant, celui qui fera pencher la balance et qui obligera La Poste à faire plus que de la simple communication reste les postières et postiers.

 

Pour contraindre La Poste à ne plus embaucher à la petite semaine mais bien à combler les vacances d’emplois, à anticiper les départs, à déprécariser les CDD et les intérimaires, nous devons agir !

 

Pour arrêter la machine des réorganisations, gagner des conditions de travail dignes, mettre fin au management coercitif, négocier de réels aménagements de travail qui prennent en compte non seulement les attendus de La Poste mais surtout nos vies individuelles et familiales, nous devons nous mobiliser.

 

Les chiffres qui parlent, les chiffres qui font mal : 7.600 emplois supprimés en 2015,

c’est plus de 4 emplois supprimés par heure. La même année, 4.700 emplois en Intérim et 15.000 CDD (d’une durée de plus d’un mois) !

 

Nous appelons l’ensemble des agents du Réseau à se mobiliser le 19 novembre !

Toutes et tous en grève !

 

 

 

 

 

Nos patrons nous préparent un PostExit !

Les dirigeants de La Poste se lâchent : le projet « attractivité du réseau » crache son venin et se déploie à vitesse grand V.

Les partenariats pour sortir tout ou partie de l’activité courrier/colis des bureaux de poste s’accélèrent. Les grandes enseignes de la distribution sont partout mises à contribution pour s’occuper de cette activité entre les fruits et légumes... à défaut ce sera un “ petit ” commerçant.

Au bout du compte, tout est bon pour éjecter le courrier/colis et faire table rase pour y installer le conseil en expertise bancaire... avec comme cible privilégiée, la “ clientèle patrimoniale et professionnelle ”. Exit le reste de la population... Elle passe sous perfusion automatisée !

D’ailleurs, c’est sur le modèle de bureau - Conseil Expert - que mise beaucoup LBP pour se développer. A ce titre, le projet “ attractivité du réseau ” s’est doté d’un épithète supplémentaire : le Réseau devra être attractif et performant... tout en nous rappelant que depuis 2009 des fermetures d’agences bancaires se poursuivent à un rythme de 3% par an, au prétexte des nouveaux comportements (numérique).

Il reste aujourd’hui 9149 bureaux de poste, avec le projet stratégique à horizon 2020 “Osons créer la banque de demain”, il y a fort à parier que le Réseau sera réduit à peau de chagrin... conformément aux préconisations de la Cour des Comptes ?

Montpellier le 25 mars 2016

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Dans un souci de qualité et de service rendu, les postiers du secteur Juvignac- La Paillade seront en grève le mardi 29 mars 2016. La Direction supprime, sur ce secteur deux positions de travail. Le personnel souhaite manifester son mécontentement face à une réorganisation qui aura non seulement des impacts sur les horaires d'ouverture mais également sur leurs conditions de travail.

Dans la région, les fermetures de bureaux se multiplient, ainsi le bureau de St Georges d'Orques, déjà fermé tous les après midis le sera également le samedi matin.

C'est une nouvelle atteinte au service public postal. Ce qui pourrait apparaître comme une simple mesure technique, est en fait la démonstration d'un désengagement de La Poste au profit de La Banque Postale.

En tout état de cause, cette restructuration ne fera qu'aggraver l'ensemble des conditions d'accès au service public entre autre le temps d'attente, la qualité de service, le service après vente avec moins d'écoute et moins de temps consacré au conseil aux usagers.

On constate la suppression de 7656 emplois en 2015, ainsi que des centaines de fermeture de bureaux de poste, en parallèle le bénéfice net du groupe La Poste pour 2015, est de 635 millions d'euros, soit une augmentation de 24%.

Un rassemblement est prévu devant le bureau de poste de La Paillade à partir de 09H30.

Les CDSP de « consternations s'enchaînent »

 

La Poste ne veut que des travailleurs soumis qui acceptent toutes le réorganisations et les charges supplémentaires de travail qui en découlent

Au service de la stratégie de La Poste, les CDSP (commissions de dialogue social) se multiplient amenant leur lot de bouleversements sur le contenu de notre travail et surtout sur les conditions dans lesquelles nous l'exercerons.

Les « lauréats » de ce début d'année sont : Lattes, Magalas, Agde, Juvignac, Bédarieux, Antigone, Sérignan et Capestang.

Le bilan est éloquent : - 19,61 PT. Lourd tribu... une Direction qui ne parle que chiffres, qui oublie que derrière ces chiffres il y a des hommes et des femmes.

Le personnel devra encore fournir des efforts pour développer le chiffre d'affaire. Quel mépris ! Mais à qui profitent nos efforts ? Au vu de la stagnation de nos salaires, ce n'est sûrement pas aux postiers-ères.

Et moins de personnel c'est :

 

M risques d'augmentations des incivilités,

M intensifications de la charge de travail

M dégradations des conditions de travail

M moins de possibilités de prendre les périodes de Congés souhaitées

M remplacements difficiles ou impossibles

M augmentations des congés maladies et oui on fatigue tout de même

M augmentations des objectifs commerciaux

M diminutions des horaires d'ouvertures bureaux

Ces quelques exemples sont des incontournables de la vie d'un-e postier-e, à cela s'ajoute la quasi égalité entre le nombre de positions de travail remplaçables et non remplaçables  !!! A votre avis, qui va avoir la chance de travailler plus ? TOUT LE MONDE, mais pas au même tarif !! Ces nouvelles réorganisations amènent son lot de chaises musicales pour l'encadrement et de flexibilité pour le reste du personnel obligé de tourner sur les zones de plus en plus vastes.Nous sommes confronté-e-s à des organisations du travail de plus en plus violentes et à des employeurs qui nient ou banalisent les dégâts humains engendrés, quand ils ne les mettent pas dans la balance du chantage à l’emploi. Où s’arrêtera le mépris des directions pour la réalité de notre travail, de son sens, et de ses conditions de réalisation ?

Pourtant, sur le terrain, les batailles continuent. Travailleur-se-s, militant-e-s syndica-les-ux, élu-e-s du CHSCT, médecins intervenant(e)s auprès des CHSCT et bien d’autres, nous luttons, au quotidien, pour tenter d’empêcher la casse, améliorer les conditions et gagner de nouveaux droits. Nous avons besoin d’unir nos forces, de partager nos connaissances, nos pratiques, nos luttes et nos victoires.

Alors on l'arrête cette spirale infernale ?

Nous devons faire comprendre a cette Direction que nous ne serons plus isolé-es, que le mal être des postier-ères n'est pas plus important dans tel ou tel métier, mais que la souffrance est globalisée

 

LES SITES RECOMMANDES

N'hésitez pas à nous rendre visite:

 

18 Boulevard Pédro de Luna

34070 Montpellier

 

ou à nous contacter par téléphone:

04 67 42 87 77

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© SUD PTT HERAULT